VIRAGE HUMAIN

Accueil > Un Choix de Société > L’Austérité tue la protection sociale 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

L’Austérité tue la protection sociale

12 novembre 2014, par Lolo

Vous êtes plus de 200 à avoir consulté cet article et vous êtes très nombreux à y accéder chaque jour.
Merci de votre fidélité, elle contribue à favoriser l’alimentation du site.

Continuez à nous être fidèle en navigant régulièrement sur cette plate forme alimentée plusieurs fois par semaine.

Lolo
Webmaster


Tous en manifestation samedi 15 novembre 2014 pour dire Non à l’Austérité

Le pays s’enfonce dans la crise avec son cortège de misère, de chômage, de précarité, de violentes divisions.

Depuis des années la droite et, depuis 2012, François Hollande, les gouvernements Ayrault et Valls poursuivent le même but dans le cadre des traités européens et en accord avec les dirigeants de l’Europe libérale :
- austérité,
- compétitivité par la baisse du coût du travail,
- reculs sociaux,
- coupes sombre dans les dépenses publiques.

François Hollande engage plus que jamais la France dans le carcan de la politique libérale imposée à Bruxelles : budgets publics contraints et restrictions pour les plus humbles, cadeaux et largesses fiscales pour les entreprises et les plus riches.

Ces politiques ont échoué partout comme elles échouent en France : elles nourrissent la crise, creusent tout à la fois les inégalités et les déficits.

Le Président de la République s’obstination à poursuivre une politique d’austérité sélective, impitoyable pour les salariés, les retraités, les privés d’emploi, mais très aménageable pour les entreprises et les actionnaires.

La baisse des cotisations patronales introduite par le Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) deviendra définitive à partir de 2017.
Autant de financements transférés des entreprises vers ceux qui paient des impôts : les salariés et les ménages.
Autant de droits sociaux réduits pour les mêmes.

Dans son immense majorité le peuple rejette cette politique libérale imposée.

Cette situation crée une grave crise politique dont la droite et l’extrême-droite porteuses de graves projets de régression tentent de tirer profit.

Il faut dire non à la loi de finances 2015 présentée par Manuel Valls qui, pour satisfaire les cadeaux faits au CAC 40, dans le cadre du pacte de responsabilité, coupe massivement dans les dépenses publiques.

Il se traduirait par le recul des services publics et de ses missions, un étranglement financier des collectivités locales et de leur capacité d’investir.

Il faut aussi empêcher les reculs budgétaires de la protection sociale qui remettent en cause les acquis pour la santé, la retraite, la famille, les chômeurs.

D’autres choix sont pourtant possibles.

Nous ne sommes pas condamnés à l’austérité permanente et à l’insécurité sociale.

Il faut mettre en œuvre une politique qui parte des besoins sociaux, s’attaque aux inégalités.

Une réforme fiscale d’ampleur permettrait une redistribution des richesses et une relance des investissements productifs au bénéfice de la grande masse de la population, s’inscrivant dans la transition écologique.

Il faut redonner du pouvoir d’achat, augmenter les salaires, créer des emplois.

Il faut créer les conditions d’une véritable reconquête industrielle.

Il faut s’attaquer au capital, à la finance, à la rente des actionnaires qui est supportée par les salarié-es, les chômeurs, les précaires, les retraités et la jeunesse.

- Non aux différents budgets d’austérité du gouvernement VALLS II !
- Non aux exigences du Medef !
- Oui pour rassembler et construire une alternative à la politique actuelle !

Le Samedi 15 Novembre 2014

Manifestations et Rassemblements :
- Paris : 14h00 – Départ Denfert-Rochereau pour se rendre vers l’Assemblée nationale
- Lyon : 12h00 – Place des Terreaux
- Annecy : 10h00 – angle Avenue de Brogny/ Boulevard Taine

En Isère :
- Grenoble - 14h30 - Place Felix Poulat (Tram A&B, arrêt Victor Hugo)
- Péage de Roussillon - 10h00 - Place de la Halle

Portfolio