VIRAGE HUMAIN

Accueil > l’Histoire sociale > Histoire et Mouvement social > Lancement des 450 ans de l’Edit de Roussillon 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Lancement des 450 ans de l’Edit de Roussillon

2 mars 2014, par Lolo

Vous êtes plus de 600 à avoir consulté cet article et vous êtes très nombreux à y accéder chaque jour.
Merci de votre fidélité, elle contribue à favoriser l’alimentation du site.

Continuez à nous être fidèle en navigant régulièrement sur cette plate forme alimentée plusieurs fois par semaine.
Lolo Webmaster


Le 9 août 1564, par l’Edit de Roussillon, le roi Charles IX impose le 1er janvier comme point de départ obligatoire de chaque année.

La mesure prend effet au 1er janvier 1567.

En 1582, un nouveau calendrier naît : le calendrier dit grégorien, du nom du pape Grégoire XIII (pape de 1572 à 1582).
La structure du calendrier grégorien est analogue à celle du calendrier julien.
Le calendrier grégorien donne un temps moyen de l’an de 365,2425 jours.
Pour assurer un nombre entier de jours par année et pour correspondre à la réalité solaire, on y ajoute régulièrement (tous les 4 ans en principe) un jour bissextile, le 29 février.
Quand les catholiques européens se réveillent le lendemain du jeudi 4 octobre, ils sont en réalité le vendredi 15 octobre selon le nouveau calendrier.
L’année 1582 compte dix jours de moins pour rattraper le décalage avec le soleil. Le calendrier julien n’était en effet pas en accord avec l’année solaire, il avançait d’environ 11 minutes.
C’est pour rétablir ce décalage que la réforme du Pape est entrée en vigueur.

En revanche, pas de modification de la date du nouvel an. C’est ce calendrier qui est toujours en vigueur aujourd’hui.


Roussillon 8.128 habitants
Chef-lieu du canton le plus peuplé de l’Isère (48.282 habitants), elle se situe dans la vallée du Rhône, sur le couloir de la chimie, à un peu plus de 50 km de Lyon et Valence.


La Société chimique des Usines du Rhône, installée en 1915 à Roussillon, dans le nord-ouest du département de l’Isère, devenue Rhône-Poulenc en 1928.

Les cantonnements et les cités ouvrières ou loge des salariés français et étrangers issus l’immigration économique, à savoir des familles espagnoles, portugaises qui travail dans l’usine.

Situés "derrière l’usine", dans un environnement ingrat et dangereux, ces espaces d’habitations matérialisent des lieux et aménage un espace vivant, où règnent le plus souvent une réelle fraternité et une grande convivialité.


Les cités ouvrières de Roussillon

Inauguré en novembre 2013

"Les cantonnés" est une œuvre qui rend hommage aux anciens habitants des cantonnements, baraquements précaires installés à côté de l’usine Rhône-Poulenc qui accueillaient les travailleurs immigrés du début du XXème siècle jusque dans les années 70.

Facade du Rhodia Club

L’artiste, Pierre David a voulu symboliser l’histoire des cantonnements au travers de photographies de leurs habitants. Plus de 400 photos ont été collectées pour être incrustées sur des carreaux de faïence, dénominateur commun des communautés présentes.
Autour des "cantonnés"


Les photos...

Le Château de roussillon
Salle de l’Edit
Edit de roussillon
Sur parchemin en vente à l’office de tourisme