VIRAGE HUMAIN

Accueil > l’Histoire sociale > Histoire et Mouvement social > Quand l’histoire ne se répète pas... 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Quand l’histoire ne se répète pas...

19 septembre 2013, par Lolo

Vous êtes plus de 400 à avoir consulté cet article et vous êtes très nombreux à y accéder chaque jour.
Merci de votre fidélité, elle contribue à favoriser l’alimentation du site.

Continuez à nous être fidèle en navigant régulièrement sur cette plate forme alimentée plusieurs fois par semaine.
Lolo Webmaster


"Un militant d’extrême gauche de 18 ans, Clément Méric, étudiant à Science Po, se trouvait mercredi 5 juin 2013 en état de mort cérébrale après une agression "à connotation politique" commise en plein cœur de Paris par des skinheads est décédé des suites de ses blessures..."

Pour que l’histoire ne s’oublie pas, il y a 77 ans une ville en deuil "Vienne dans l’Isère" suite à l’assassinat de Daniel Llacer membre des jeunesses communistes victime "d’un odieux fanatisme politique" le 19 septembre 1936.

Ce meurtre est un fait d’une très grande gravité sur le plan politique à l’époque du Front Populaire qui avait remporté les élections législatives de 1936 et où des Lois progressistes suites aux manifestations du mouvement ouvrier d’une ampleur inégalée initiées par la CGT, donnait par l’intermédiaire du gouvernement de Léon Blum satisfaction à la classe ouvrière.

L’auteur de ce crime fasciste était influencé par des groupuscules factieux à la bottes des régimes fascistes en pleine expansion en Europe "Espagne, Italie, Allemagne..."

Photo des funérailles imposantes le 22/9/1396

Témoignage de E. Milhan et de Jean Piot comme il me l’a raconté.

Cela c’est passé lors du bal organisé par le parti communiste dans le clos situé à l’angle du boulevard Asiaticus et de la rue Reochebrun où il y avait beaucoup de monde.

Daniel Llacer venait d’une réunion sur la guerre d’Espagne et arrivait au bal vers 22h30.

Et c’est au environ de 23h30 qu’un individu a jeté par dessus le mur une bombe depuis la rue, Mr Pérriolat de Saint-Barthélémy de Beaurepaire, l’a rejetée dans la rue où elle a explosé sans causer de blessés.

Quelques uns des participants, dont Daniel et Jean Piot Secrétaire du syndicat CGT du textile (mon grand père) se sont précipités pour rattraper le lanceur de bombe.

Voyant qu’il était pris, l’homme qui voulait échapper à ses poursuivants a sorti un revolver et a tiré sur Daniel Llacer qui était juste devant mon grand père, Daniel Llacer est tombé mort dans les bras de Jean Piot.

Les membres du mouvement des jeunesses communistes sur les lieux où Daniel Llacer fut abattu (Jean Piot deuxième en partant de la droite).

Lire l’article Monographie de Jean Piot...


L’article de presse

Hommage article du DL