VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > Le 100% Sécurité Sociale > Pièce - Salaires & Classification l’Acte 1 - le bal des frustrés 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Pièce - Salaires & Classification l’Acte 1 - le bal des frustrés

21 mai 2013, par Lolo

Vous êtes plus de 200 à avoir consulté cet article et vous êtes très nombreux à y accéder chaque jour.
Merci de votre fidélité, elle contribue à favoriser l’alimentation du site.

Continuez à nous être fidèle en navigant régulièrement sur cette plate forme alimentée plusieurs fois par semaine.
Lolo Webmaster


Le SINECOS-CGT38 présente
Le bal des frustrés
l’Acte 1 - Mérite ou la distribution des prix
Une Tragi-comédie annuelle, inspirée de faits réels ou se révèlent _ malaise, frustration et culpabilité
Mise en scène par la Direction
Produit par l’UCANSS

Voir l’Act II "LE JEU DE DUPES"
Voir aussi l’acte III La Grande Illusion
et enfin voir l’acte IV Le joujou extra...

Acte I - Scène 1 -

De la métaphysique du problème
En scène : le cadre RU + voix du metteur en scène

Le cadre RU (seul en scène, préoccupé)  :
Qu’est-ce que le mérite ?
(il cherche dans le Larousse et lit à haute et intelligible voix)
Mérite : ce-qui-rend-une-personne-digne-d’estime.

Et dans notre travail , concrètement, qu’est-ce qui rend digne d’estime ?
Le travail fourni ? Les résultats obtenus ?
L’investissement mis en œuvre ? Les progrès constatés ?
L’effort réalisé ? L’assiduité ?
(grand moment de solitude… Désemparé, lève la tête, quémandant une réponse)

Le metteur en scène : L’accroissement de compétences avérées ou l’atteinte d’objectifs ou un investissement particulier ou de fortes capacités d’adaptation, tu RÉCOMPENSERAS !

Le cadre RU : Euréka ! Je vois que le champ des possibles s’élargit ! C’est donc 100% du personnel qui est digne d’estime !
Du coup, cette année, je vais proposer l’ensemble de mon équipe pour la distribution des prix !

Malheureusement, c’est d’une voix péremptoire que le metteur en scène nous ramène à la triste réalité…

Acte I - Scène 2 -

Un réseau d’emplois fictifs ?
En scène : le cadre RU , la cad sup’RDS, + voix du metteur en scène

Le metteur en scène : Quoi ? 100% d’élus ?
Et pourquoi pas des professionnalisations en plus, tant que vous y êtes ! Ce sera 27% et n’y revenez pas !

Le cadre RU (interloqué)  : Mais alors quoi ? Dois-je comprendre que sept virgule trois personnes sur dix dans mon équipe ne seraient que des branquignols ? Qu’elles n’auraient pas travaillé ? _ Qu’elles seraient incompétentes, voire inadaptées ? Qu’elles n’auraient pas fait d’effort …n’auraient pas contribué à l’atteinte des objectifs ?

La cad sup’RDS (d’un ton qui se veut rassurant) : Mais non voyons, rassure-toi ! Tu n’es pas à la tête d’un réseau d’emplois fictifs !
C’est juste une question de budget : tu sais, avec l’enveloppe dont nous disposons, nous ne pouvons récompenser que deux virgule sept personnes sur dix !

Le cadre RU (quittant penaud la scène, tout en marmonnant)  : Rassuré….Mmm qu’à moitié… Car enfin, enveloppe ou pas, c’est à moi et à moi seul qu’incombe l’annonce de la nouvelle aux 73% de non élus.
C’est à moi qu’ils feront part de leur découragement et de leur écœurement face au manque de reconnaissance.
Au bal des frustrés, je ne ferai pas banquette !
(il sort)

Acte I - Scène 3 -

What is the question ?
En scène la CGT s’adressant au public (le ton crescendo)

La CGT : A bien y réfléchir, il semblerait que la reconnaissance du mérite telle que la pratique notre direction, n’aurait pour but que le malaise des cadres managers, la frustration de 80% d’exclus, et par ricochet , le sentiment de culpabilité - oui oui , je dis bien de culpabilité des 20% d’élus.
Mais ce serait trop réducteur. En fait, les objectifs de la
direction sont bien plus ambitieux :
(articulant pour bien se faire entendre)
INDIVIDUALISER les salaires, LIMITER leur évolution, CASSER le collectif en divisant les salariés. La preuve : 80% de frustrés posent la question " Pourquoi lui et pas moi ? " Ou (chuchoté) plus rarement il est vrai, 20% de "coupables“ s’interrogent " Pourquoi moi et pas lui ? Pour qui je vais passer au regard de mes collègues ? "
Au total, chaque année, ça fait 100% du personnel qui se pose
les deux mêmes mauvaises questions.
Alors, comment sortir de ce piège machiavélique qui génère malaise, frustration, culpabilité et division et qui nous amène, chaque année, à nous taper les uns sur les autres ?
Et si la question, la vraie, celle à se poser était plutôt :
Comment grossir l’enveloppe dédiée à l’attribution des points de compétence et professionnalisations ?
Ou encore : pourquoi l’enveloppe est-elle de plus en plus mince, d’année en année ?
(La CGT s’apprête à sortir de scène quand elle se heurte au cadre RU et au cad sup’RDS en pleine conversation – elle leur emboîte le pas)

Acte I - Scène 4 -

On-ne-nous-dit-pas-tout !
En scène : le cadre RU, la cad sup’RDS, la CGT.

La cad sup’RDS : C’est comme ça, on n’y peut rien.
Tu proposes en priorité les personnes qui n’on rien eu depuis 3 ans !

Le cadre RU : Mais… du coup, ça n’a rien à voir avec…

La cad sup’RDS (lui coupant la parole) : Arrête de chinoiser ! _ On est tous dans le même bateau !

La CGT (se glisse entre les 2 personnages) : Heu… Non ! Nous ne sommes pas tous dans le même bateau ! Par contre, la direction nous mène en bateau ! Tiens, en 2011, le taux d’attribution des points pour nos directeurs est assez similaire à celui des employés et cadres : 27%.
Sauf que la comparaison s’arrête là… 64% de ces directeurs ont reçu un nombre de points supérieur au minimum conventionnel, soit une moyenne de 28 points dans l’Assurance Maladie.

Le cadre RU : Mais… ça fait 4 fois plus que les 7 points de pas minimum ?

La CGT : Exact ! Et la part variable peut atteindre même un mois de la rémunération de base pour les Agents de Direction et … tenez-vous bien… un mois et demi pour celle des Directeurs généraux.

Le cadre RU : En euros, concrètement, ça fait quoi ?

La CGT : Et bien… Toujours en 2011, 96,8% des agents de direction – pour ne pas dire 100% - ont touché en moyenne 6 314€ !

Le cadre RU : Un 15ème mois de salaire, en somme ? Vous avez d’autres scoops dans le genre ?

La CGT : Oui ! 28,9% des agents de direction, soit 455 personnes ont bénéficié de points de « responsabilité supplémentaire », pour une moyenne, selon la branche ou la qualification, se situant entre 50 et 70 points mensuels…
Si nos …

Le cadre RU : (lui coupant la parole) 70 point ? 10 fois plus que les misérables 7 points du pas minimum ? Et… en fonction de quels critères ?

La CGT : Ben… ça coule de source : MERITE !…

Le cadre RU : Si nos directeurs sont si méritants… C’est qu’ils ont eu des résultats hors du commun… et ces résultats…
Ne seraient-ce pas les nôtres ? Et si NOS résultats sont hors du commun…Pourquoi SEULS les directeurs seraient-ils dignes d’estime et de reconnaissance ?

La CGT : On peut aussi se poser les questions suivantes : Pourquoi les directions des organismes ne vont-t-elles pas défendre les intérêts de leur personnel à la CNAMTS ?
Ont-t-elles seulement demandé d’obtenir une enveloppe conséquente ?

Acte I - Scène 5 -

Et pis log… Et pis après  ?
le cadre RU , la cad sup’RDS, la CGT à tour de rôle face public, déclamer

Le cadre RU : Quand l’heure des attributions sonnera…

La cad sup’RDS :
…de responsable, ne vous trompez pas…

La CGT :
…aucun petit doigt votre direction ne lèvera…

Le cadre RU : …ni votre niveau de vie n’améliorera !

La CGT 
 : A vous manipuler elle continuera…

La cad sup’RDS :
…ses intentions elle vous cachera !

Le cadre RU : Pour améliorer votre salaire rien ne fera…

La CGT : …alors que chaque année, sans prorata…

Les trois, en chœur : …une bonne part du gâteau s’attribuera !

le cadre RU et la cad sup’RDS encadrent la CGT, qui s’adresse au public
La CGT : Avez-vous envie qu’on en reste à ce constat ? Vous êtes-vous reconnu dans un des personnages ? Vous arrive-t-il de participer au bal annuel des frustrés ?
Très prochainement sur cette même scène, je vous proposerai le deuxième acte du festival de la classification qui s’intitulera MISERE ou…

Soyez nombreux à nous suivre car c’est vous, public éclairé, qui déciderez de la fin à réserver à cette tragi-comédie.