VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > La protection sociale > STOP A LA REGRESSION SOCIALE 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

STOP A LA REGRESSION SOCIALE

18 février 2012, par Lolo

TROP C’EST TROP
STOP A LA REGRESSION SOCIALE !

Le 29 février 2012, ensemble, à l’appel de tous les syndicats d’Europe, agissons pour dire non à l’austérité et au projet de traité à l’ordre du jour du sommet Européen de mars 2012.

Partout en Europe, les salariés sont désignés comme responsables de la crise. Salaires, temps de travail, retraite, Sécurité sociale… patronat et gouvernements ambitionnent un retour en arrière, la casse de près d’un siècle d’acquis sociaux.
En France, le Président de la République a annoncé deux mesures qui à nouveau vont frapper durement les salariés, les retraités, les privés d’emploi.
Après la réforme des retraites de 2010 et les deux plans d’austérité de 2011, il aggrave la situation en voulant augmenter la TVA, l’impôt le plus inégalitaire, diminuant encore le pouvoir d’achat pour le plus grand nombre de salariés.
Il entend instaurer des accords « compétitivité emploi » légalisant ainsi le chantage des employeurs « emploi contre salaires et temps de travail ». Ces accords ouvrent la voie à la remise en cause d’un pilier essentiel du droit social français et du contrat de travail.
Dans nos professions, ce sont les mêmes logiques de casse de tous nos droits qui sont à l’oeuvre.
La politique libérale est à l’oeuvre dans nos professions, licenciements dans la mutualité, casse de la Convention collective nationale dans l’aide à domicile. Depuis la création de Pôle emploi et ses conséquences catastrophiques pour les personnels et les privés
d’emplois, fusions et restructurations se succèdent à un rythme d’enfer dans toutes nos professions. Absence d’augmentation de salaire, dégradation des conditions de travail, réduction d’effectifs sont le lot commun des salariés.
Salariés de la Protection sociale, nous ne pouvons espérer échapper seuls aux logiques imposées dans toute l’Europe.
Ces logiques d’austérité maximum pour les salariés, les privés d’emplois, les retraités s’accompagnent d’une explosion des profits pour quelques-uns.

Partout en Europe des voix s’élèvent pour dire non à ce véritable
recul de société, partout des salariés se mobilisent à l’appel de leurs organisations syndicales.

Face à ces attaques sans précédent, l’heure n’est pas à la résignation, l’heure est à la révolte.

Pour la reconquête de la protection sociale, les salaires, l’emploi et les conditions de travail, la Fédération CGT appelle les salariés à :
- Répondre à l’appel de la confédération européenne des syndicats.
- Agir et décider d’être en grève le mercredi 29 février 2012 à la veille du sommet européen, pour dire non à l’austérité et exiger des réponses pour l’emploi et la justice sociale.
- Participer aux manifestations interprofessionnelles qui seront organisées sur tout le territoire.
- Débattre dès maintenant de la poursuite de l’action dans la perspective d’une journée nationale de grève et de manifestations, de tous les salariés de nos professions le 29 mars 2012.