VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > Dans les caisses de Sécu > URA - Concours d’inspecteur et de contrôleur 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

URA - Concours d’inspecteur et de contrôleur

15 février 2016, par Lolo

Un gag ou une supercherie ?

De nombreux salariés avaient mis beaucoup d’espoir dans la promotion interne, et préparé en conséquence les épreuves pour les sélections aux postes d’inspecteurs et de contrôleurs ouverts cette année.

Malheureusement, les conditions d’examen se sont révélées pitoyables et indignes d’une institution comme la nôtre :
- Délai de prévenance plus que limite (appel des candidats par la RH à 18h la veille des épreuves sur leur téléphone personnel) !
- Communication de la procédure d’identification transmise par mail le jour des épreuves !
- Les candidats étaient priés de passer l’examen chez eux sur leur ordinateur personnel !
- La mise en place d’une salle pour passer les épreuves s’est faite au dernier moment suite à l’intervention des organisations syndicales ou sur la demande argumentée des candidats !
- Pour certains exercices, les bonnes réponses aux questions ne figuraient pas dans les réponses à cocher !

Dans de telles conditions surréalistes, on peut parfaitement imaginer que certains qui passaient les épreuves chez eux pouvaient :
- Se "faire aider par un ami",
- Trouver facilement ces épreuves "type" et les réponses sur Internet,
- N’avaient aucune confidentialité des "copies " avec l’adresse mail ou IP de l’ordinateur du candidat.

Mieux, ceux qui ont passé les 2 concours, ont eu strictement les mêmes questions...

Dans ces conditions, autant tirer à la courte paille ou nommer directement les "Heureux Pressentis".
- Généreusement,en compensation du temps à passer le concours chez soi, les heureux candidats ont été crédités de 1h 30 sur leur compteur, sans tenir compte des temps de trajets et des dérangements privés inhérents !

Cette organisation, si on peut employer ce mot, est méprisante pour les candidats qui croyaient à un développement de leur carrière professionnelle et à la probité de l’institution.

Le syndicat CGT demande une régularisation compteur égale à une demi-journée pour les candidats pris dans cette tourmente.

Par ailleurs, le syndicat CGT souhaite pour le moins des explications, et savoir comment la Direction espère régulariser cette situation ubuesque, les résultats en découlant n’ayant aucune valeur juridique.