VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > Le 100% Sécurité Sociale > Honteux - Courrier de l’ACOSS à la CNAMTS 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Honteux - Courrier de l’ACOSS à la CNAMTS

8 juillet 2015, par Lolo

Nous avons eu connaissance d’un courrier daté du 1er avril 2015 de M. REY, directeur de l’ACOSS, à deux directeurs de la CNAMTS.

Jusque-là, rien d’anormal.

C’est le contenu de cette lettre, confidentielle…, qui est pour le moins révoltant.

En effet, elle concerne la décision de reconnaissance par la CPAM de maladie professionnelle pour 2 inspecteurs de recouvrement, l’un en PACA, l’autre en Bourgogne.

Visiblement, ce cher directeur (alerté par notre direction ?) est fort contrarié de ces décisions et, malgré sa fonction, s’est fendu d’un courrier visant à remettre de l’ordre dans les rangs.

La terminologie employée en dit long quant à l’estime et la considération que peut avoir de genre de responsables vis-à-vis des personnels placés sous leurs ordres.

Parmi les morceaux de choix :
« …le réseau du recouvrement est confronté actuellement à une radicalisation des postures des inspecteurs qui se traduit par une judiciarisation de la relation professionnelle au sein d’un corps fédéré sur la revendication salariale et la recherche de reconnaissance… »

Ainsi, sans le savoir nous sommes en présence de dangereux intégristes prêt à tout pour de la reconnaissance salariale.

« Aussi, je souhaite vous alerter tout particulièrement sur les risques de contagion potentiel de demandes de reconnaissance de maladie professionnelle au sein de cette communauté professionnelle solidaire…et au-delà sur des demandes susceptibles d’émaner d’autres salariés… »

Intégristes et contagieux en plus. Décidément, nous vivons dangereusement sans le savoir.

Et il continue en précisant « j’ai demandé aux deux Urssaf de contester ces décisions ».

Ben voyons, pourquoi se priver.
C’est ce qu’il appelle probablement le dialogue social.

Cerise sur le gâteau, il conclu son courrier en souhaitant aux directeurs de la CNAMTS « avoir votre analyse et votre soutien afin de rendre inopérant toute manœuvre éventuelle du corps des inspecteurs. »

Dans les faits, M. REY intime l’ordre aux directeurs de la CNAMTS de rejeter les demandes de reconnaissance de maladie professionnelle.
C’est du délit d’ingérence.

C’est de la même veine que la déclaration du PDG de France télécom qui avait déclaré en 2009 vouloir mettre un terme à la « mode du suicide » dans l’entreprise qu’il dirigeait.

Pour ces gens-là, les mots « humain, social, écoute, compréhension » sont bannis de leur vocabulaire.

Demain, selon l’humeur de M. REY, va-t-il interdire les arrêts pour cause de maladie ou de maternité parce que cela nuit à la bonne marche de l’institution ?

Le contenu de ce courrier est trop grave pour qu’il reste sans suite.