VIRAGE HUMAIN

Accueil > Les Medias > Ecouter > B. Thibault sur RTL

B. Thibault sur RTL

mercredi 20 février 2013, par Lolo

Bernard Thibault sur la lettre du PDG de Titan
"Une insulte aux ouvriers français et à la démocratie"

La lettre du PDG de Titan international envoyée au ministre du Redressement industriel mettant en cause les ouvriers français est "une insulte non seulement aux ouvriers" mais à "la démocratie" a estimé le secrétaire général de la CGT interrogé sur RTL ce 20 février. "Cette correspondance est stupéfiante, c’est une insulte à l’égard des ouvriers mais pas seulement. Elle est représentative de l’état d’esprit de ces dirigeants des multinationales qui insultent la démocratie".
"Peu importe ce que l’on peut penser du ministre du Redressement productif, on ne peut pas admettre que ce genre d’individus se comporte et s’exprime à l’égard d’un ministre de la République en ces termes", a-t-il ajouté.
Selon Bernard Thibault, "c’est dire à quel point ces firmes internationales se fichent comme de l’an quarante aussi bien des citoyens, des salariés, que de la démocratie".
"S’il y avait encore des gens naïfs à l’égard de l’attitude de ces dirigeants de multinationales, on a là la confirmation par l’écrit de ce qu’ils pensent au fond d’eux-mêmes", a insisté le secrétaire général de la CGT.

Sur place à l’usine GoodYear d’Amiens les salariés ont reçu cette information comme une gifle. Le représentant de la CGT, majoritaire avec 80% des voix à l’usine Goodyear d’Amiens-Nord, Mickaël Wamen, a dénoncé une "insulte totale", jugeant Maurice M. Taylor proche de l’"asile psychiatrique".


Rappel des Faits :

Face à la surenchère verbale, le département d’Etat américain a réagi pour calmer le jeu dans l’affaire Titan/Montebourg. La porte-parole du département d’Etat, Victoria Nuland, a ainsi qualifié de "réussite" les relations commerciales entre les Etats-Unis et la France. Pour la responsable américaine, les joutes verbales entre le patron de Titan, Maurice Taylor, et le ministre français Arnaud Montebourg "ressemblent à une affaire privée et pas à une question entre deux gouvernements". Elle a rappelé que la France était "la plus vieille alliée" des Etats-Unis, avec des "liens larges et profonds, notamment avec beaucoup d’entreprises américaines qui réussissent en France et beaucoup d’entreprises françaises qui réussissent aux Etats-Unis...".

De son côté, le PDG de Titan a encore attisé la polémique hier soir en envoyant une deuxième lettre à Arnaud Montebourg, affirmant que "l’extrémiste, c’est votre gouvernement !". Maurice Taylor enfonce le clou concernant le rôle de la CGT dans l’échec de la reprise par Titan de l’usine Goodyear d’Amiens Nord : "Votre gouvernement a laissé les barjots du syndicat communiste détruire les emplois les mieux rémunérés" du secteur manufacturier en France, estime-t-il. "Puisque vous en parlez, pourquoi le chômage est-il si élevé en France et particulièrement chez les jeunes ? C’est à cause de la politique de votre gouvernement, Monsieur", a ajouté le patron de Titan.

Dans sa première lettre du 11 février, M. Taylor avait affirmé que les ouvriers de l’usine d’Amiens Nord ne travaillaient que "trois heures par jour" et expliqué qu’il n’était "pas assez stupide" pour investir dans cette entreprise. Arnaud Montebourg lui a répondu par une lettre datée du 20 février, en qualifiant ses propos d’"aussi extrémistes qu’insultants" pour les travailleurs français, dont de nombreuses études saluent la forte productivité...

Article dans le boursier...


La productivité des salariés français par heure travaillée s’élevait à 45,40 euros en France en 2011, dans le haut du palmarès européen.

Temps de travail

D’après Maurice Taylor, les ouvriers en France « travaillent trois heures » par jour. Un constat bien sévère quand les statistiques montrent que le temps de travail des salariés français se situe légèrement en dessous de la moyenne européenne (41,6 heures hebdomadaires pour les Vingt-Sept et 41,5 en zone euro). En 2011, selon Eurostat, les salariés à temps plein travaillaient 41,2 heures par semaine en moyenne en France, contre 41,9 heures en Allemagne, 42,8 heures au Royaume-Uni, 43,2 heures en Suisse ou encore 44,5 heures en Islande. Sur l’année, en revanche, la durée effective de travail en France reste l’une des plus faibles d’Europe. Selon l’OCDE, elle était de 1476 heures en moyenne en 2011, contre 1625 heures au Royaume-Uni, par exemple. Toujours est-il qu’en Allemagne, dont la compétitivité est souvent comparée à celle de la France, le temps de travail annuel est légèrement inférieur (1413 heures).

Productivité

Les Français sont-ils vraiment moins « compétitifs » que les Allemands, les Britanniques ou les Américains ? Du point de vue de la productivité, rien n’est moins sûr. Celle de la main-d’œuvre française par heure travaillée s’élevait à 45,40 euros en 2011, d’après Eurostat. Une performance qui se situe dans le haut du palmarès européen, tandis que la moyenne des Vingt-Sept s’établit à 31,90 euros et celle de la zone euro à 37 euros. À noter que la France devance l’Allemagne (42,30 euros) ou encore la Suède (44,40 euros).

Salaires

« Les salariés français touchent des salaires élevés », juge le patron de Titan dans sa lettre au ministre du Redressement productif. Le salaire annuel moyen des Français s’est élevé à 28.920 euros en 2011, selon l’OCDE. Les salariés de l’Hexagone sont donc moins bien payés que les Allemands (30.509 euros), les Britanniques (33.937 euros) ou les Américains (41.300 euros).

Coût pour l’employeur

Dans son entretien au Figaro, Maurice Taylor affirme enfin que « les ouvriers sont trop chers ». Le coût du travail est l’une des failles du système français, régulièrement pointée du doigt. Lors du G20 à Moscou, la semaine dernière, l’OCDE a présenté un rapport sur la croissance sans concession pour la France et son coût du travail « élevé ». Tous secteurs confondus, une heure de travail pour les entreprises de plus de 10 salariés coûtait 34,20 euros aux employeurs en France en 2011, selon Eurostat. Un coût salarial, lesté par les diverses cotisations sociales et patronales, qui dépasse largement la moyenne de la zone euro (27,60 euros). À titre de comparaison, travailler une heure coûte 30,10 euros en Allemagne, 26,80 euros en Italie, 20,60 euros en Espagne et 20,10 euros au Royaume-Uni. Le travail en France est toutefois moins cher qu’en Norvège (44,20 euros), en Suède (39,10 euros), au Danemark (38,60 euros) ou encore en Belgique (39,30 euros).

Article du Figaro...