VIRAGE HUMAIN

Accueil > Les Medias > Vidéos (les) > le 8 février 2011 - le dialogue sociale selon l’UCANSS 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

le 8 février 2011 - le dialogue sociale selon l’UCANSS

8 février 2011, par Lolo

POUR NOS SALAIRES GRÉVE ET
MANIF A PARIS LE 8 FÉVRIER 2011
MOI J’EN SUIS !

Le 8 février 2011 toutes la sécu en Grève et en Manif sur PARIS

2005 est l’année où a été annoncée la départementalisation dans la branche recouvrement obligeant ainsi les URSSAF de Vienne et de Grenoble à disparaitre au profit d’une seule entité.

Immédiatement la CGT a dénoncé cette politique de rapprochement comptable prémice à la régionalisation, le département de l’Isère n’aurait jamais du être éligible à un tel rapprochement dans une volonté d’amélioration du service public.

Le Syndicat CGT a dénoncé et combattu un tel choix politique qui s’attaque au financement de la sécurité sociale, mais la volonté ultra libérale de ce gouvernement misant sur le déficit pour casser la SECU de 1945 mise en place par le CNR, balaye tout argument de qualité, de service aux publiques et plus grave refuse toute contre proposition et négociation.

Un seul mot d’ordre de nos Directions nationales :, faisabilité des choix politiques et passage en force, le gouvernement décide et les caisses nationales gèrent la crise sous l’œil coupable de certains partenaires sociaux et l’œil bienveillant du patronat.

En 2006 plus de 350 personnes dans les rues de Vienne à l’appel de la CGT et FO ont dénoncé les conséquences pour le personnel et le service rendu aux usagés de tels choix.

Si la réponse locale fut bonne, malheureusement sur tout le territoire français, comme à chaque attaque la réponse n’a pas été à la hauteur des enjeux.

Le gouvernement a préparé cette casse intérieure depuis 1995, avec la mise en place des COG, la séparation des branches, et la division syndicale au sein de la branche n’a pas aidé à rassembler massivement les salariés et les usagés.

Derrière la branche recouvrement, la départementalisation a concerné très rapidement la branche maladie, puis c’est au tour de la branche famille de rentrer avec force dans le processus.

L’Isère est, à n’en pas douter un département particulièrement sinistré qui passe de 6 à 3 organismes départementaux et pour demain… seulement deux de pleine entité.

Aujourd’hui la même branche recouvrement qui avait essuyé les plâtres de la départementalisation, dégradant considérablement son activité et les conditions de travail de son personnel, régionalise ses structures passant en moins de 7 ans de 105 à 22 URSSAF, qui dit mieux !

Dans un contexte de réductions massives des emplois et une dégradation conséquente de notre rémunération avec une perte de pouvoir d’achat importante ses dernières années.

9.661 emplois de moins depuis 2003, auquel il faut ajouter les 5.000 emplois à rendre dans les prochaines COG maladie et recouvrement

Du coté des salaires c’est guère mieux + 0,8% en 2010 alors que l’inflation a été de 1,8%, pas d’augmentation de la valeur du point en 2011 et 2012 et 2013 s’annoncent comme des années blanches, trois ans sans augmentations c’est inacceptable et intolérable.

Pour rappel : la dégradation était telle que l’employeur avait accepté un rattrapage de points pour les bas salaires en 2009 qui a concerné jusqu’à la première catégorie de l’encadrement.

Mais que l’on se rassure ! Le président du COMEX nous informe que : « la rémunération n’est plus la première préoccupation des salariés de l’institution ». Oui Mr le président souffrir au travail, c’est grave aussi…

STOP AU MEPRIS !
REVENDIQUONS ENSEMBLE POUR NOS
SALAIRES, EMPLOIS et CONDITIONS DE TRAVAIL

Le 8 Février 2011
TOUS EN GREVE ET EN MANIF NATIONALE SECU A PARIS
(RDV le matin au ministère et l’après midi à l’UCANSS)

La fédération CGT, face au danger que fait courir les restructurations sur le personnel à réclamé à l’employeur la mise en place d’une expertise nationale sur les conditions de travail et sans attendre le résultat a revendiqué lors de l’INC sur le Baromètre de décembre la mise en place d’un plan d’urgence là où c’est nécessaire.

Les remontées des salariés lors des questionnaires du Baromètre Social Institutionnel de 2009 et 2010 confirment les revendications portées par la CGT :
SALAIRES, EMPLOIS, CONDITION de TRAVAIL.

Alors que la fédération CGT demande l’ouverture de véritables négociations sur les préoccupations des salariés de la sécurité sociale, l’employeur n’ayant rien à proposer, nous occupe dans des semblants de négociation qui s’éternisent et des protocoles pavés de bonnes intentions sans moyens financiers et non contraignante vis-à-vis des Directions locales et qui sont soumis à signature après plusieurs séances de RPN .

Les fédérations sont face à un employeur à la botte de sa tutelle (ministère) et un gouvernement qui veut faire payer la crise aux salariés et faire rembourser le déficit public notamment aux agents de la sécu, déclaration de guerre avec la mise en place d’un plan de rigueur sur plusieurs années.

Dans ce contexte, seul le rapport de force du personnel de toutes les caisses de sécurité sociale, pourra influencer une négociation salariale qui s’annonce très compliquée et surtout dramatique pour les salariés de la sécurité sociale.

LE PERSONNEL DE l’URSSAF DE L’ISÈRE A DÉJÀ SUFFISAMMENT PAYÉ CES CHOIX POLITIQUES :

- Suppression de 22 emplois en trois ans, trois nouveaux sur la prochaine COG, - dégradation importante de nos conditions de travail, - augmentations conséquentes de nos charges d’activité, - perte de pouvoir d’achat depuis plusieurs années

A l’APPEL NATIONAL de : CGT, CFTC, FO, SUD
LA CGT appelle le personnel à être en grève
55’, ½ journée, une journée
le mardi 8 FEVRIER 2011 A participer à la Manif Nationale SECU à PARIS


Lacrymo devant l’UCANSS



Le 8 février 2011
LA secu en Isère en gréve
emplois, salaires, conditions de travail
7 camarades en manif a paris


Communiqué de la Fédération Nationale
des Personnels des Organismes Sociaux CGT

0% d’augmentation de la valeur du point, baisse de la masse salariale de 1% en 2011, après une baisse de 1,2% en 2010.

Perte de 12 % de la valeur du point par rapport à l’indice INSEE depuis 10 ans.

Entre 2003 et 2009, la Sécurité sociale a perdu 9 661 emplois dont 9 407 pour la seule Assurance maladie.

L’ensemble des salariés de la Sécurité sociale, toutes branches confondues (caisses d’Assurance maladie, d’allocations familiales, de retraite (ex. Cram), services du contrôle médical, de préventions des accidents du travail et des maladies professionnelles, unions de recouvrement des cotisations….) est soumis à un plan d’austérité sans précédent.

Le gouvernement, qui assure la Tutelle des organismes de Sécurité Sociale et les Caisses nationales qui les gèrent, mettent en place une politique de destruction de notre outil de travail et remettent en cause nos missions de Service Public.

C’est une casse de la Sécurité Sociale organisée, c’est une privatisation orchestrée.

La Fédération CGT appelle le personnel de la Sécurité sociale à être en grève le 8 février et à participer nombreux aux délégations qui se rendront à Paris, de la place de la Nation à l’Ucanss pour exiger :
- L’arrêt des suppressions d’emploi,
- L’arrêt des dégradations des conditions de travail,
- L’augmentation significative de la valeur du point,
- Le maintien de la Convention Collective Nationale,
- L’ouverture de négociation sur la classification.


Entre 4.000 et 5.000 salariés à la manifestion nationale de la SECU à PARIS le 8 février 2011, et pas moins de 210 camarades de la région Rhône-Alpes Auvergne ont fait le déplacement dont 7 issus du département de l’Isère, 5 camarades de l’URSSAF et 2 camarades de la CPAM.

La dernière manifestation à PARIS de cette ampleur dans la SECU avait eu lieu en 1988.

Et bien ! en 2011 nous y étions, motivés et déterminés pour revendiquer, des emplois, une augmentation générale de la valeur du point, et une amélioration de nos conditions de travail.

Tous les camarades sous la banderole "ISERE, LA SECU DANS LA RUE"


La déclaration commune CGT, CFTC, FO, CGC au soir de la manif.

Les Fédérations CGT, CFTC, FO, CFE-CGC, et les organisations syndicales nationales COFICT-CGT, SNADEOS-CFTC, SNFOCOS, SNPDOSS-CGC, réunies ce jour à 17h, se félicitent de la réussite de la journée de grève et de manifestation nationale du 8 Février 2011.

De 4 à 5 000 salariés, venus de toute la France se sont rassemblés place de la Nation pour se rendre en cortège jusqu’à l’UCANSS.

Ils ont été accueillis par deux compagnies de gardes mobiles !

Est-ce la nouvelle manière de l’Ucanss de répondre aux revendications du personnel ?

Une délégation représentative des régions et des organisations syndicales nationales a été reçue à 14H par Monsieur Mayeur, Président du Comex, Monsieur Pérez, vice président représentant les directeurs d’organismes et Monsieur Renard Directeur de l’Ucanss.

Le Président du Comex a affirmé être favorable à une augmentation de la valeur du point et nous a annoncé qu’il ne la proposerait pas.

Toute la délégation a vivement protesté. Il s’en est suivi un dialogue de sourds au cours duquel le Président du Comex nous a vanté sa proposition de lissage de l’allocation vacances.

Au même moment nous apprenions que les gardes mobiles avaient gazé nos collègues.

Devant une telle provocation la délégation s’est retirée pour rejoindre les manifestants. Nous n’avons accepté de reprendre la discussion qu’après l’intervention de l’Ucanss pour que soient relâchés deux militants retenus par les forces de l’ordre.

Devant l’insistance de la délégation à maintenir la CCN Monsieur Mayeur s’est engagé à proposer demain, lors de la réunion du Comex, le retrait de sa proposition de suppression de l’allocation vacances.

Reste donc désormais posée la question de l’augmentation générale des salaires.

Nous n’avons pas eu de véritable réponse ni sur cette revendication ni sur les autres demandes, maintien de la CCN, arrêt des suppressions d’emplois, amélioration des conditions de travail…

Le succès de cette journée a contraint l’employeur à convoquer dans l’urgence une réunion paritaire sur les salaires le 15 février à 14h.

Les fédérations CGT, CFTC, FO, CFE-CGC et les organisations syndicales nationales COFICT-CGT, SNADEOS-CFTC, SNFOCOS, SNPDOSS-CGC, condamnent fermement les violences des forces de l’ordre.

Les organisations syndicales nationales appellent leurs syndicats à faire le compte-rendu dans l’unité dans les jours qui viennent. L’action doit continuer et s’amplifier sous toutes les formes que décideront les salariés avec leurs organisations syndicales.

Portfolio