VIRAGE HUMAIN

Accueil > Questions Economiques > Lettres Eco > Porter des projets industriels pour les salaires et l’emploi. 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Porter des projets industriels pour les salaires et l’emploi.

31 mars, par Lolo

A l’heure où délocalisation rime avec désindustrialisation, ce sont des pans entiers de l’économie qui sont impactés par des suppressions d’emplois, fermetures de site avec un début d’année 2021, qui présage un avenir incertain pour de nombreux salariés et particulièrement dans l’industrie.

39 milliards de profits en 2020, contre 80 milliards en 2019, avec des entreprises du CAC 40 qui indiquent déjà que cela aura un impact sur leur capacité à investir, à se développer donc à créer de l’emploi.

Pourtant, malgré un contexte sanitaire difficile, géré à coups d’annonces se contredisant les unes après les autres, on sait déjà que l’activité est repartie.

À ce stade, les 40 entreprises ont déjà fait état de perspectives bien meilleures pour cette année 2021 que ce soit dans l’industrie automobile, le luxe, la finance, etc.

Dans ce spectre, quid de l’utilisation de l’argent du plan de relance qui risque bien de faire la part belle aux actionnaires ?

Ce que la Cgt a redit lors de la dernière conférence du dialogue social au Premier ministre : « On ne peut pas supprimer des emplois, quand on touche des aides ! »*

S’il est de bon ton de le dénoncer partout, notamment dans les lieux d’intervention en territoire, là où la CGT est présente, soyons à l’offensive pour porter collectivement nos propositions et celles amenées par la campagne industrie.

Une campagne Cgt de plus ?
Non ! Elle s’inscrit dans la logique d’une Cgt forte de propositions, en lien avec les autres campagnes : celle du coût du capital, des services publics, de la reconquête de la sécurité sociale…

Et du processus de mobilisation engagé autour des questions d’emploi et salaire, tel que porté dans le nouveau 4-pages Contact :
« Pour l’emploi, imposons une autre logique », avec en titre fort « 100 milliards pour les salaires, pas pour le CAC 40 ! »

Ne laissons pas le gouvernement détruire nos emplois, et faire aller à vau-l’eau les savoir-faire et compétences d’un pays fort de son industrie, au profit du capital.

Il faut assurer le maintien de filières stratégiques pour garantir l’indépendance industrielle et répondre aux besoins sociaux et environnementaux.

Plutôt que l’austérité, voilà une réponse concrète face à la question de la « dette ».

La Cgt se doit donc de donner une visibilité large à ses propositions pour la reconquête industrielle !

Dans un pays comme la France, doté de services publics qui garantissent des infrastructures de qualité pour accueillir des sites industriels, ne laissons pas faire le déclin par des choix de gouvernements successifs plus à même de gaver les grands groupes que de penser enjeux stratégiques d’avenir.

Reconquérir l’industrie, c’est défendre l’emploi, les salaires et les services publics !
Le progrès social est possible.

Le plan de rupture porté par la Cgt se veut cohérent avec nos campagnes Cgt.

Cette Lettre Eco de la Cgt est un outil pour le comprendre, et construire partout, partant des réalités du travail, de ce que les salariés connaissent, des projets alternatifs valorisant les compétences et qualifications, l’investissement, la recherche
et développement, la formation professionnelle, la réduction du temps de travail à 32 heures : des propositions qui améliorent les droits comme ceux portés par notre revendication de sécurité sociale professionnelle et pour que demain ce nouveau printemps voie fleurir des emplois garants de la réponse au chômage de masse subi par les travailleurs.