VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > Dans les caisses de Sécu > Pour l’abandon du dispositif de contact tracing 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Pour l’abandon du dispositif de contact tracing

6 novembre, par Lolo

Le communiqué de presse de la CGT du 6 novembre 2020

La CGT demande l’abandon du dispositif de contact tracing inopérant et la mise en place d’une politique de proximité de dépistage massif et rapide afin d’enrayer l’épidémie.

Aujourd’hui, la crise sanitaire et sociale s’est aggravée du fait de l’inefficacité de la stratégie choisie par le gouvernement.
A savoir privilégier l’économie à la santé et ne pas engager suffisamment de moyens humains et financiers pour gérer la COVID 19.

Lors d’une épidémie en l’absence de traitement efficace ou de vaccin, le seul moyen de freiner la propagation d’un agent infectieux est de détecter les personnes contagieuses le plus précocement possible et de les isoler de manière stricte immédiatement.
La stratégie mise en place par le gouvernement se trouve être un réel échec entrainant de graves conséquences aussi bien sur le plan sanitaire, que social ou économique.

Le dispositif de « Contact Tracing » piloté par l’Assurance Maladie et les ARS est parfaitement inefficace alors même qu’il mobilise le personnel de la Sécurité Sociale au détriment de leurs missions, établit un fichage des malades et de leurs contacts et empêche la prise en compte des besoins des assurés sociaux.

Les personnes jointes par les "brigades" rencontrent énormément de difficulté à aller faire un test au bon moment étant donné la saturation des lieux de dépistages.
Les délais pour rendre les résultats sont beaucoup trop longs, et laissent le temps aux personnes contagieuses de contaminer leur entourage.

Ces délais de dépistage et de traçage ne permettent pas de freiner suffisamment l’épidémie.

L’hôpital, déjà à l’agonie, est de plus en plus saturé et ne reçoit pas les moyens nécessaires pour gérer l’épidémie.

De surcroît, le dispositif de contact tracing consiste en un système de fichage massif des données personnelles et médicales sans aucun contrôle.
Il représente un réel danger au regard de la protection des données personnelles et rend l’assurance maladie complice d’un grand fichage de données sensibles pour pallier au manque cruel de moyens directement lié aux politiques ultra libérales de nos gouvernants.

Enfin, la mobilisation du personnel de l’assurance maladie pour le contact tracing se fait au détriment de tous les assurés sociaux et notamment des plus précaires. L’accès au soin est largement mis à mal pour favoriser une politique de traçage inefficace et trop éloignée de la réalité de terrain.

Pour toutes ces raisons, le dispositif de contact tracing doit être abandonné et les personnels de la Sécurité sociale doivent pouvoir revenir à leurs missions.

Une politique massive de distribution de tests antigéniques donnant un résultat immédiat doit être organisée sur le territoire.
Cette politique doit s’appuyer sur la Sécurité sociale à même de réguler l’achat et la distribution de ces test, en lien avec tous les professionnels de santé de proximité (en Ehpad, structures médico-sociales, maisons de santé, par les médecins libéraux, infirmiers, pharmaciens, aides-soignants, les infirmiers en entreprise).
Il faut que chaque personne ayant un doute sur son état de santé puisse être testée afin de s’isoler immédiatement.
Ces mesures doivent s’accompagner de réels moyens mis en place pour isoler les personnes contagieuses, et notamment les plus précaires d’entre elles.

Il est urgent d’avoir une réelle stratégie et des moyens et faire passer la santé avant l’économie en mettant en place une politique de santé de proximité afin d’enrayer l’enlisement de la crise sanitaire, sociale et économique.