VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > Une Retraite pleine et entière pour tous... > 16,4 millions de retraités dont 14,4 millions au seul régime général... 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

16,4 millions de retraités dont 14,4 millions au seul régime général...

25 juin, par Lolo

Panorama de la retraite en France tous régimes de retraite confondus.
En résumé édition 2020...

Fin 2018, 16,4 millions de personnes, vivant en France ou à l’étranger, sont retraitées de droit direct d’au moins un régime français, soit 218 000 personnes de plus qu’en 2017.
C’est le premier poste de dépenses de la protection sociale, les pensions de vieillesse et de survie s’élèvent à 321 milliards d’euros, soit 13,7 % du produit intérieur brut (PIB).

La pension moyenne de droit direct tous régimes confondus des retraités résidant en France s’établit à 1 504 euros bruts mensuels. Elle baisse de 1,1 % en euros constants, du fait notamment d’une faible revalorisation des pensions, inférieure à l’inflation.
La pension nette moyenne diminue, quant à elle, de 2,6 % en euros constants en raison notamment de la hausse de la CSG.
Le niveau de vie médian des retraités demeure légèrement supérieur à celui de l’ensemble de la population.
L’âge moyen conjoncturel de départ à la retraite fin 2018 s’élève à 62 ans et 1 mois.

Au 31 décembre 2018, 4,4 millions de personnes bénéficient de pensions de réversion aux assurés dont le conjoint est décédé, dont 1,1 million ne percevant pas, par ailleurs, de pensions de droit direct.


Sans surprise, le régime général des salariés du privé (CNAV) est le plus important des régimes de base : il réunit 14,4 millions de bénéficiaires d’un droit direct ou dérivé au 31 décembre 2018.
Pour rappel ce régime est la cible de tous les gouvernements libéraux de ces dernières décennies, et la réforme Macron avec sa "retraite à points" a, quoi qu’en dise le gouvernement, particulièrement dans sont viseur le régime général, "effet de masse oblige"...

Viennent ensuite le régime des salariés agricoles (MSA salariés) avec 2,5 millions de retraités et le régime des indépendants artisans ou commerçants (SSI) avec 2,0 millions de retraités.
Les régimes de la fonction publique (y compris militaires) versent des pensions de retraite à 3,5 millions de personnes.

En 2018, l’âge conjoncturel de départ à la retraite s’élève à 62 ans et 1 mois pour les retraités de droit direct résidant en France (voir graphique).
Il augmente depuis 2010 (+1 an et 7 mois) à la suite, principalement, du relèvement de l’âge d’ouverture des droits à la retraite issu de la réforme de 2010, ainsi que du relèvement de l’âge d’annulation de la décote, depuis 2016.

De plus, la modification des règles du cumul emploi-retraite consécutive à la réforme des retraites de 2014 a pu inciter à un prolongement des carrières dans le cadre de la surcote plutôt que dans celui du cumul emploi-retraite.

Le montant moyen de la pension brute de droit direct (y compris la majoration de pension pour trois enfants ou plus), tous régimes, s’établit, pour les retraités résidant en France, à 1 504 euros mensuels en décembre 2018.
En tenant compte des prélèvements sociaux, la pension nette s’élève à 1 382 euros.
Le montant moyen de la pension brute de droit direct des retraités résidant en France diminue de 1,1 % par rapport à décembre 2017 en euros constants.

Enfin en 2018, les pensions n’ont pas été revalorisées et comme les prix ont globalement augmenté de 1,6 % entre décembre 2017 et décembre 2018, le pouvoir d’achat des pensions brutes déjà liquidées diminue en 2018.
En outre, l’augmentation du taux de la CSG de 1,7 point (de 6,6 % à 8,3 %) a pesé sur le pouvoir d’achat des retraités concernés.
Finalement, la pension nette moyenne diminue de 3,0 % en euros constants, en 2018.

En France, la Sécu a encore joué le rôle d’amortisseur sociale pour la population, elle a pendant ces 3 mois payée les frais de santé hospitalier, les arrêts de travail... alors même que le gouvernement a gelé les cotisations des entreprises, la privant ainsi de ressources, l’assurance chômage, quand à elle, a pris à sa charge le chômage partiel d’une majorité de salariés...
Ensemble restons cependant vigilent et mobilisé, car malgré la crise sanitaire, le gouvernement n’a en rien enterré ces velléités de destruction massives contre la Sécu et compte bien faire payer à coup de milliards la crise aux salariés, retraités, chômeurs et aux ménages...

(1) Lire le tract du collectif Sécu...

Concernant les retraites, la Cgt propose toujours d’améliorer le système actuel et revendique notamment :
-  Départ en retraite à 60 ans pour toutes et tous (hors départ anticipés pour les métiers pénible) ;
- Revenir au calcul sur les 10 meilleures années pour le privé, et sur les 6 derniers mois pour le public ;
- L’augmentation des salaires, principale source de cotisations sociales ;
- L’égalité salariale entre les femmes et les hommes, une mesure juste et efficace ;
- L’arrêt des exonérations de cotisations, notamment pour les grands groupes ;
- La taxation des produits financiers ;
- La validation des années d’études et la reconnaissance des qualifications ;
- Une prise en compte de la pénibilité :
- Taux de remplacement minimum de 75% (aucune pension inférieure au SMIC Cgt (1 800€)).


(1) Le gouvernement envisage d’ajouter plus de 136 milliards de dette à la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades), dont le remboursement serait repoussé de 2024 à 2033 en raison du coronavirus et de ses conséquences budgétaires.
Pour assurer le paiement des soins, des allocations et des pensions, le plafond d’emprunt de l’Acoss, qui gère la trésorerie de la Sécu, a été relevé deux fois, à 70 puis 95 milliards d’euros.
Le déficit de la Sécu devrait pulvériser tous les records cette année...