VIRAGE HUMAIN

Accueil > Un Choix de Société > 1er mai 2020, 7ème semaine confiné mais déterminé... 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

1er mai 2020, 7ème semaine confiné mais déterminé...

1er mai, par Lolo

Vous êtes plus de 250 à avoir consulté cet article et vous êtes très nombreux à y accéder chaque jour.
Merci de votre fidélité, elle contribue à favoriser l’alimentation du site.

Continuez à nous être fidèle en navigant régulièrement sur cette plateforme alimentée plusieurs fois par semaine.
Lolo Webmaster


Lire les autres articles...

- Solidarité et 1ère semaine de confinement...ICI
- Egalité et 2ème semaine de confinement...ICI
- Fraternité et 3ème semaine de confinement...
- Liberté, 4ème semaine de confinement…ICI
- Revendiquer, 5ème semaine de confinement...ICI
- Impôts et taxes, 6ème semaine de confinement...ICI
- 1er mai 2020, 7ème semaine confiné mais déterminé...ICI
- Libéré délivré, 8ème semaine de confinement...ICI


L’histoire retiendra que notre pays a été mis à l’arrêt par un gouvernement qui se nommait "EN MARCHE"...

Plus de 33 000 décès ((15 000 hôpital + 9 000 Ehpad) + 9 000 à domicile selon MG France), à minima à ce stade de la pandémie...
Doit-on rappeler que la France est la 6ème puissance mondiale et pourtant nous sommes le 4ème pays le plus touché au monde (1)…
Les politiques sanitaires des gouvernements successifs qui ont induit les réformes des systèmes de santé nous auraient-elles ramené au stade du "sous développement" ?

Après l’allocution du 1er ministre cette semaine, le 11 mai c’est "#LaFêteDuSlip..." mais sur la tête car on attend toujours les masques dans l’espace public.
La responsabilité est renvoyée aux préfets et aux édiles, et un déconfinement à la "CARTE" verte ou rouge suivant les réalités locales, la sollicitation de salariés de la Sécu et ARS pour la création de brigades de cas contacts (2) "#BrigadesRouges..." ou vertes !!!...
Possibilité de déplacement sans attestation à moins de 100km du domicile.

Un confinement moyen-âgeux de deux mois rendu nécessaire à la suite de la dégradation coupable du système de santé Français a permis, malgré le taux de mortalité conséquent, de sauver de nombreuses vies, et un prochain déconfinement progressif et restrictif pour éviter "#TousCaPourCa…"

La France est en état de crise économique, les inégalités exploses, les prix flambent, la consommation est en net recul, l’épargne en nette hausse (3), l’activité est au ralenti avec 11,3 millions de Français en chômage partiel ou en congés imposés, et une hausse record de nombre de chômeurs soit 7,1% en mars.
Il faut donc relancer une économie qui, après 2 mois de confinement, est en berne sans pour autant mettre en danger les salariés et leurs familles, mais surtout, afin d’éviter une deuxième vague (4) mortelle qui saturerait à nouveau notre capacité hospitalière.

Plusieurs solutions doivent être combinées, ce sont les tests virologiques, les masques et gels hydroalcooliques pour tous ainsi que la distanciation sociale nécessaire dans la vie quotidienne comme au travail.

SANS PROTECTION SANITAIRE...
SANS PROTECTION SOCIALE...
PAS DE TRAVAIL...

--------------- "HIER" ---------------


Le 1er mai, la Fête du travail, tire ses origines dans l’histoire du monde ouvrier. Le point de départ est le samedi 1er mai 1886. Ce jour-là, à Chicago,

Un mouvement revendicatif pour la journée de 8 heures est lancé par les syndicats américains, alors en plein développement le samedi 1er mai 1886 à Chicago.
Une grève, suivie par 400 000 salariés paralyse de nombreuses usines.

Le “moving day”, est le jour où traditionnellement, les entreprises américaines réalisent les calculs de leur année comptable.

Le mouvement se poursuit et le 4 mai, lors d’une manifestation, une bombe est jetée sur les policiers qui ripostent faisant une dizaine de morts.

Lors du congrès de la IIe Internationale socialiste réuni à Paris en 1889 pour le centenaire de la Révolution française, il est décidé de faire du 1er mai une “journée internationale des travailleurs” avec pour objectif, d’imposer la journée de huit heures.

Dès 1890, les manifestants arborent un triangle rouge symbolisant leur triple revendication : 8 heures de travail, 8 heures de sommeil, 8 heures de loisirs, il sera remplacé par une fleur d’églantine, puis pour finir par le muguet.

En France c’est seulement le 23 avril 1919, que le Sénat ratifie la loi instaurant la journée de huit heures.

La haute Assemblée déclare exceptionnellement le 1er mai 1919 journée chômée, et c’est le régime de Vichy en 1941 qui rend officiellement férié le 1er mai, et en avril 1947, confirmé par le gouvernement issu de la Libération, le 1er mai restera un jour férié et payé.

Préalablement, le 3 mai 1936, la coalition des gauches (SFIO, PCF, radicaux et divers gauche) remporte le scrutin : c’est le début de la période de pouvoir du Front Populaire.

Ce sont les grandes grèves de 1936, qui contraignent ce gouvernement présidé par le socialiste Léon Blum à adopter des mesures historiques pour les travailleurs, la semaine de 40 heures, les deux premières semaines de congés payés ou la reconnaissance du droit syndical.

En hommage au mouvement ouvrier, la Cgt organise traditionnellement et chaque année des défilés le 1er mai, afin de porter les revendications de l’ensemble du monde salarial.

----------- "AUJOURD’HUI" -----------

Cette année c’est pour la population Française, un 1er mai confiné mais déterminé, car jamais résigner pour faire avancer les revendications légitimes du monde du travail.

Aujourd’hui comme hier la Cgt, contrairement à d’autre face à l’esclavage moderne, ne négocie ni "le salaire de la peur", ni "la longueur de la chaine"...
Mais l’émancipation des salariés, qui est le socle de nombreux conquis sociaux, à l’origine des comités d’entreprise, des congés payés, de la réduction du temps de travail...

Nous sommes plus que jamais ce 1er mai, dans un prolongement de notre choix d’une société plus humaine basée sur la construction des jours heureux en lien avec la création de la Sécurité sociale pour faire face aux aléas de la vie de la naissance à la mort.

Malgré ce confinement, nous le vivons grâce aux oublié(e)s, aux invisibles de nos sociétés, qui continuent à travailler, le plus souvent au risque de leur propre vie.
A cette occasion, le gouvernement a découvert que ce sont ces millions de « sans grade » qui sont indispensables à la vie de nos sociétés, que ce sont eux qui créent les vraies richesses, Quid des « premiers de cordés », si chers hier à notre président !

La crise sanitaire ne doit pas être le prétexte à de nouveaux reculs sociaux, car sacrifier les droits des salarié(e)s sur l’autel de l’économie n’est pas tolérable et ne pourra continuer qu’elle que soit la situation.

Ensemble exigeons immédiatement :
- Le renoncement au projet de réforme des retraites, à la réforme de l’assurance chômage, à celle de la transformation de la Fonction publique et, en particulier, à la réforme « ma santé 2022 ».
- Le 100% SECU, pour une sécurité sociale du 21ème siècle, le renforcement des systèmes de protection sociale collective (santé, assurance chômage, retraite...).
- L’augmentation des salaires, du Smic, l’égalité femmes-hommes.

Le 1er mai et les jours suivants doivent permettre à chacun et chacune d’entre nous de s’emparer de ces revendications, et par tous les moyens de les rendre visibles.

LE 1ER MAI 2020,
CONFINÉ ET DETERMINÉ,
CERTAINEMENT PAS RESIGNÉ...
--------------- "DEMAIN" ---------------

- Le droit à une Sécurité sociale à 100 % pour la Santé, la Famille, l’Emploi, la Retraite et la Perte d’Autonomie.
- Un plan de développement de tous les services publics
- Une fiscalité bien plus juste et redistributive, un impôt sur les grandes fortunes, une taxe sur les transactions financières et une véritable lutte contre l’évasion fiscale.
- Un plan de réorientation et de relocalisation solidaire de l’agriculture, de l’industrie et des services, pour les rendre plus justes socialement, en mesure de satisfaire les besoins essentiels des populations, de répondre à la crise écologique.
Mais aussi...
- Départ en retraite à 60 ans pour toutes et tous (hors départs anticipés pour les métiers pénibles) calculé sur les 10 meilleures années pour le privé, et sur les 6 derniers mois pour le public avec un taux de remplacement minimum de 75% (aucune pension inférieure au SMIC Cgt (1 800€)), mais aussi la validation des années d’études et la reconnaissance des qualifications
- L’augmentation du SMIC à 1 800€ et la remise à niveau des coefficients de bases de toutes les classifications avec une incrémentation automatique sur l’ensemble des grilles.
- L’augmentation conséquente des salaires, sources de cotisations sociales, avec un arrêt de toutes exonérations de cotisations notamment pour les grands groupes, le dégel et l’augmentation de la valeur du point à la Sécu et dans le public, ainsi que l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, mesure juste et efficace...

Et toi, pour le jour d’après, tu veux quoi ?


(1) Le bilan dans le monde
La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 224.402 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles mercredi à 19H00 GMT.
Plus de 3.141.250 cas ont été diagnostiqués dans 193 pays et territoires.
Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 59.446 décès pour 1.028.217 cas enregistrés. Suivent l’Italie avec 27.682 morts, le Royaume-Uni (26.097 morts), l’Espagne (24.275) et la France avec (24.087).
(2) Selon le 1er ministre l’objectif est "Identifier le porteur du virus afin de casser la chaîne de transmission" et l’enjeu sera de parvenir à contacter rapidement l’entourage du malade Covid 19 pendant leur phase de contagion afin d’inviter ses proches au respect des consignes sanitaires, voire, le cas échéant, à effectuer un test PCR à leur tour "en leur indiquant à quel endroit ils doivent se rendre".
(3) Au mois de mars, pas moins de 19,6 milliards d’euros ont été épargnés. Un montant total de dépôts bancaires "jamais-vu depuis 2007", selon la Banque de France
(4) Selon santé publique France la sortie de confinement suivant les estimations, ce pourrait être entre 3 000 (fourchette basse) et 5 000 (fourchette haute) nouveau cas de Covid-19 par jour.


Le Vent Nous Portera