VIRAGE HUMAIN

Accueil > Un Choix de Société > Revendiquer, 5ème semaine de confinement 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Revendiquer, 5ème semaine de confinement

18 avril, par Lolo

Vous êtes plus de 250 à avoir consulté cet article et vous êtes très nombreux à y accéder chaque jour.
Merci de votre fidélité, elle contribue à favoriser l’alimentation du site.

Continuez à nous être fidèle en navigant régulièrement sur cette plateforme alimentée plusieurs fois par semaine.
Lolo Webmaster


Lire les autres articles...

- Solidarité et 1ère semaine de confinement...ICI
- Egalité et 2ème semaine de confinement...ICI
- Fraternité et 3ème semaine de confinement...
- Liberté, 4ème semaine de confinement…ICI
- Revendiquer, 5ème semaine de confinement...ICI
- Impôts et taxes, 6ème semaine de confinement...ICI
- 1er mai 2020, 7ème semaine confiné mais déterminé...ICI
- Libéré délivré, 8ème semaine de confinement...ICI


Un nouveau Week End confiné et une perspective de déconfinement possible le 11 mars 2020, il faudra pourtant des masques pour tous, des gels et la généralisation du dépistage sérologique afin d’éviter un nouveau pic de contamination et encore plus de drame humain.
Il est à noter que la capacité de la France a été augmentée à 5 000 lits alors qu’il y a encore 6 000 cas en réanimation et des régions toujours en tension...
Après un mois de confinement, le virus continue à circuler, quid du déconfinement et de la préparation préalable...

REVENDIQUER AUJOURD’HUI,
C’EST PREPARER « DES JOURS HEUREUX » DEMAIN

La gestion de la crise à la petite semaine de notre gouvernement aura pour conséquence l’un des plus haut taux de mortalité non seulement dans la zone euro mais aussi au niveau mondial.

Cette crise trouve sa source dans la volonté ultra libérale de nos gouvernements successifs de détricoter les bienfaits du CNR mis en place par A. Croizat alors ministre du travail et nouvellement redécouvert face à la pandémie « Les "jours heureux" évoqués par Macron font référence au programme adopté dans la clandestinité par le Conseil national de la résistance (CNR), le 15 mars 1944.

Comme l’ont fait nos grands-parents au sortir de la guerre, la France doit enfin se doter d’un programme ambitieux dans l’intérêt collectif concernant, la Sécurité sociale, la santé, l’industrie, mais aussi l’éducation, l’énergie, les transports…

Mais à n’en pas douter, cela remettrait en cause des années de libéralisme au profit de la finance, du patronat et des actionnaires, décidées par l’Europe et imposées par la France grâce à la rigueur budgétaire contre la fonction publique, la Sécu, la santé…

Revendiquer :
- Le plein emploi, en concentrant la part réservée à une rémunération excessive et disproportionnée du capital qui doit être utilisée à développer l’emploi qualifié et sa rémunération, car sans emploi, point de salut…

- L’Arrêt de la pression permanente sur ceux qui ont un emploi.
Ils souffrent de l’intensification du travail qui dégrade leurs conditions de travail et créait une véritable souffrance au travail, alors que des millions de personnes sont privés d’emploi…
Le coût du "mal travail" est estimé à 4 points du PiB, soit 80 milliards d’euros. C’est un drame humain et un gâchis financier.

- Pour une Politique industrielle ambitieuse, il faut d’abord sécuriser et développer le tissu industriel existant et ses emplois puis il faut anticiper les nouveaux besoins nécessitant de nouvelles filières...
La désindustrialisation se poursuit et s’accentue : l’industrie ne représente plus que 10 % du PIB et 3,2 millions de salariés ; 350 000 emplois industriels ont été détruits en 5 ans.

- Il nous faut se réapproprier des secteurs entiers privatisés qui sont pourtant au service des citoyens afin de leur permettre d’y accéder au plus juste coût partout sur le territoire, l’énergie, l’eau, les transports...
Parlons infrastructures, financement, environnement, aménagement du territoire, social...

- Pour le droit à une Sécurité sociale à 100 % pour la Santé, la Famille, l’Emploi, la Retraite et la Perte d’Autonomie.
La Sécurité sociale est au cœur de la protection sociale en France.
Son rôle doit être immédiatement renforcé avec le financement nécessaire assis sur les cotisations sociales et géré par les assurés eux-mêmes.

- Et pour renouer avec la croissance il faut augmenter les salaires.
Ce qui handicape la France, ce n’est pas le « coût » du travail mais bien le coût du capital, c’est-à-dire les prélèvements financiers.

STOP ! CA SUFFIT…
On n’oubliera pas,
plus jamais ça, ensemble construisons le jour d’après…

La France paye un lourd tribut humain face à cette crise sanitaire plus de 19.000 décès à ce jour, la question de la gestion par le gouvernement de cette pandémie sera demain sur la table, et notamment le manque crucial de matériel médical pour y faire face, mais aussi le retard pris pour compenser le manque d’approvisionnement sur les marchés dû à la désindustrialisation engagée par la France depuis de décennie.

Et malgré l’exemplarité du personnel soignant, les difficultés d’accueil dans nos hôpitaux et le taux de mortalité, sont les conséquences des politiques libérales de destruction de la Sécurité sociale et de l’hôpital publique, mais aussi la désertification médicale sur notre territoire.

Le confinement a été rendu nécessaire pour réduire le nombre d’admission dans les services hospitaliers et pour éviter l’engorgement des lits de réanimation afin de diminuer le nombre de décès.
Un confinement qui est un sacrifice pour les citoyens, et comme l’annonce le ministre de l’économie qui aura à n’en pas douter un impact économique conséquent...
Alors, la question à se poser !! Messieurs les gouvernants, des milliers d’euros d’économie sur les 17 000 lits de moins et la fermeture d’hôpitaux vont coûter aujourd’hui combien de milliards, conséquences de vos politiques de rigueur ?

Même s’il faudra faire toute la lumière sur ce Covid-19, ne faisons pas comme, le Royaume Unis, Trump et son administration avec la violence de sa gestion de crise (2) qui accusent l’OMS, la Chine…, le gouvernement français ne doit pas chercher des boucs émissaires et d’autre coupable, que la politique ultra libérale menée depuis plusieurs mandats qui a favorisé la finance, le patronat et les actionnaires au détriment du bien commun en asphyxiant nos services publics.

Toujours rien compris malgré la crise, encore des défiscalisations et désocialisation des primes et de l’intéressement, même si dans la période de fin de mois difficiles c’est toujours bon à prendre, c’est d’une véritable revalorisation salariale que les ménages ont besoins.

IL Y A URGENCE A AUGMENTER LES SALAIRES…

Seule l’augmentation des salaires (1) permet d’améliorer les conditions de vie des salariés, d’augmenter la consommation et donc indirectement la production de biens et services et par conséquent de création des emplois, car l’augmentation de la demande permet de remplir le carnet de commandes des entreprises.

Cela permet de fait une augmentation des cotisations sociales, une augmentation des recettes fiscales de l’État et par conséquent une amélioration des services publics, une amélioration de l’offre de soins de santé, mais aussi une diminution du recours aux aides sociales.

Monsieur le Président les salariés ne veulent pas devenir des héros et ne demandent pas la charité mais un travail décent effectué dans de bonnes conditions avec une rémunération qui permette de vivre dignement.


(1) Tract Salaire du collectif sécu à venir…
(2) Alors que la pandémie a fait plus de 35 000 morts aux Etats-Unis, Donald Trump appelle à « libérer » trois Etats gouvernés par les démocrates, il a écrit sur son compte « Libérez le Minnesota, le Michigan, la Virginie ! », avant d’ajouté, en référence au droit des Américains à porter des armes « Et sauvez votre formidable deuxième amendement. Il est assiégé ! »...


Bella Ciao - Nuit Debout 2016