VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > Une Retraite pleine et entière pour tous... > Retraite : Un projet de loi ni simple, ni juste... 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Retraite : Un projet de loi ni simple, ni juste...

4 février, par Lolo

La justice, c’est de retirer le projet !

Depuis le 5 décembre, notre pays vit au rythme des mobilisations populaires contestant le projet de réforme des retraites du gouvernement.

Plus les jours passent, plus l’incompréhension et le rejet de ce projet sont importants et massifs dans l’opinion publique.
Ni juste, ni simple : voilà ce que dit la CGT depuis plus de deux ans. Les ministres eux-mêmes sont à court d’arguments pour convaincre, incapables d’expliquer ce que signifie une carrière complète.
Ce que nous avons en revanche tous compris, c’est que cette réforme est d’abord budgétaire et veut nous contraindre à travailler au moins jusqu’à 65 ans, que cet âge soit appelé « pivot » ou « d’équilibre ».

Même le Conseil d’État confirme les arguments de la CGT sur de nombreux points. Le gouvernement veut donc demander au Parlement de voter une loi à plusieurs inconnues (pénibilité, âge de départ, montant des pensions, valeur du point…).

La CGT porte un autre projet, celui d’une société solidaire.
Nous pensons que notre système actuel peut être amélioré pour mieux correspondre aux défis et aux réalités de temps.
Il doit corriger les inégalités dont sont principalement victimes les femmes et les jeunes durant leur vie active. Ainsi, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes est une urgence absolue.
Elle permettrait de réduire les écarts de pension. Il est également urgent de prendre en compte les années d’études.
Si le gouvernement peine à trouver des ressources pour financer ces solidarités, voici quelques suggestions : augmenter les salaires pour une plus grande rentrée de cotisations sociales, revoir les exonérations de cotisations patronales notamment pour les grands groupes, taxer les produits financiers, etc.

Face à un gouvernement et un président autoritaires, refusant la contradiction et surtout d’être à l’écoute des citoyens, nous devons amplifier la mobilisation.
La bataille est loin d’être terminée, une autre réforme est possible.
Alors toutes et tous ensemble, agissons.

NON ! Il n’y a pas urgence budgétaire ?

Pour que le régime soit à l’équilibre, il faut 12 milliards d’euros d’ici à 2025. Cela ne représente que 0,5 point de PIB (richesses produites) : pas de quoi s’affoler. Le fonds de réserves des retraites créé en 2001 est doté de 30 milliards d’euros. Si nous y ajoutons les réserves de tous les régimes, ce sont 150 milliards d’euros de réserves qui sont immédiatement disponibles. Notre système actuel n’est donc pas en péril.

OUI ! Il y en a de l’argent...

Pendant que les discours du gouvernement nous appellent à accepter de faire des efforts pour redresser le pays, les finances des entreprises se portent bien.

Les grands groupes du CAC 40 ont versé 60,2 milliards d’euros à leurs actionnaires en 2019, soit 12,3 % de plus qu’en 2018. Un record qui place la France sur la plus haute marche du podium en Europe.

Des efforts pour les uns et des cadeaux pour les autres : Les exonérations de cotisations patronales se sont élevées à 90 milliards selon la Cour des comptes. Entre 2013 et 2019, cela a représenté 26 milliards du fait de la mise en œuvre du « pacte de responsabilité »…

À elle seule, la transformation du CICE en baisse de cotisations a représenté 18 milliards d’euros, sans que la preuve soit apportée sur l’efficacité de ces dispositifs sur l’emploi.
Pour ne prendre que les plus significatives.
Le dernier rapport d’Oxfam sur les inégalités révèle que les milliardaires français ne se sont jamais aussi bien portés.
Ils sont 41 en France et leur fortune a augmenté de 34,8 % depuis le 31 décembre 2018, plus que partout ailleurs dans le monde. Leur richesse cumulée s’élève à 329,9 milliards de dollars.

Dans le même temps, 400 000 personnes supplémentaires en France ont basculé sous le seuil de pauvreté.
La France compte désormais 9,8 millions de pauvres.


Espérance de vie en bonne santé
- 64,5 ans pour les femmes
- 63,4 ans pour les hommes

Un quart des salariés de plus de 58 ans sont victimes d’une
rupture conventionnelle ou d’un plan de départ "volontaire"

Étude d’impact :
Parents de deux ou trois enfants, baisse de 17 % à 19 % de la retraite