VIRAGE HUMAIN

Accueil > Les Medias > Publications > QuintessenceSecu > Quintessence Secu - Déc 2018 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Quintessence Secu - Déc 2018

5 décembre 2018, par Lolo

Grève à la CARSAT de « Montpellier »

En septembre dernier, les conseillers retraite ainsi que les référents techniques de la CARSAT de Montpellier ont transmis à leur direction une lettre pétition qui faisait état d’une situation très dégradée au niveau du climat social.
Les agents revendiquaient de meilleures conditions de travail, des embauches supplémentaires ainsi qu’une reconnaissance de leur métier avec un passage au niveau 5A pour les conseillers retraites et 5B pour les référents techniques.
Face à une Direction sourde, qui déploie depuis deux ans une politique autoritaire, ces personnels ont décidé, avec le soutien du syndicat CGT, de créer le rapport de force en démarrant une grève illimitée de 55 min.
Ainsi, un roulement est organisé chaque jour et un débrayage un jour dans la semaine est décidé au dernier moment sans prévenir.
Ce mouvement tend à s’étendre dans les autres services qui vivent la même situation et partagent les mêmes revendications.


S’UNIR POUR NE PAS SUBIR à l’URSSAF
Rhône-Alpes le 16 novembre 2018

A l’appel de l’intersyndicale CGT/CFTC/SUD, les salariés de l’URSSAF R.A étaient en grève le 16/11/2018.
La mobilisation sur tous les sites a été importante.
Sur Vénissieux, une centaine de salariés de la région s’est réunie vendredi matin de 10h35 à 11h30 devant le bâtiment.
Une délégation, composée d’un Délégué par Organisation Syndicale de l’intersyndicale et des salariés représentatifs des différents services de l’Urssaf Rhône-Alpes, a été reçue par le directeur du site de Vénissieux et la directrice adjointe charge de la RH.


Les agents de la CPAM 13 en colère

Suite à une agression de 2 agents, le 22 novembre, à l’agence des Chartreux, un mouvement de grève spontané s’est déclenché.
70% des sites d’accueil fermés et l’ensemble des salariés ont suivis cette action, en solidarité avec les personnes agressées. Depuis plusieurs années la situation se dégrade. Les incivilités sont de plus en plus nombreuses du fait de l’augmentation de la précarité et de diminution du personnel pour faire face à la demande.
Le syndicat CGT a proposé aux agents de remplir des cahiers revendicatifs pour élaborer des revendications communes à tous.


47% des personnels en grève à la CPAM
de Saint Etienne le 29 novembre 2018

Lors de l’inauguration de la CPAM de St Etienne, le personnel en colère a manifesté pendant que directeurs et invités mangeaient des petits fours.
Suite à sa demande d’entrevue, la CGT a obtenu une réponse favorable du directeur général de la CNAM. Une délégation a été reçue à 15h pendant qu’une centaine de salariés manifestaient sur le parvis de la CPAM.
A 14h, les manifestants étaient rejoints par les camarades de l’interprofessionnel, des organismes sociaux de Rhône Alpes et par des représentants de notre fédération.
Stoppées, au départ par des vigiles, les délégations interprofessionnelles ont pu ensuite pénétrer dans l’enceinte de la copropriété où est installée la CPAM42.
Plusieurs prises de paroles de camarades de la santé, le conseiller CGT de la CPAM 42, de la CAF 42 et de la FNPOS CGT ont eu lieu, en attendant le retour de la délégation CGT.
Pas moins de 500 personnes ont accueilli le porte-parole CGT de la CPAM 42.
Nicolas Revel, directeur de la CNAM, a déversé le même discours : il ne peut intervenir sur les problématiques locales, la directrice de la CPAM 42 étant maitresse en la demeure et il n’y a pas d’argent pour revaloriser les salaires des personnels. C’est pourtant la 3ème inauguration pour la même caisse ???
Le rassemblement c’est dispersé vers 17h30 satisfait d’avoir pu exprimer ses revendications.



Tentative de mise en place d’un « accord de performance collective » à l’UGECAM Bretagne.

Le directeur de l’UGECAM Bretagne-Pays de Loire, prenant prétexte du déficit de cet organisme, veut remettre en cause l’accord RTT et certaines dispositions concernant les rémunérations dans le cadre d’un « accord de performance collective ».
Il menace de licenciements si les organisations syndicales refusent cet accord.
Le personnel ne peut pas être la variable d’ajustement des résultats de l’établissement.
Il fait chaque jour le maximum pour remplir ses missions et il n’est pas responsable !!


CPAM de Paris

A la CPAM de Paris, la direction a négocié la mise en place du CSE, de telle sorte que l’accord ne puisse pas être signé par la majorité des organisations syndicales, le rendant ainsi inapplicable.
Une façon d’imposer aux élus le minimum légal.
Ainsi, en accentuant la casse du droit des Représentants du Personnel, la direction accélère la destruction de la défense des salariés et de leurs activités sociales.


CAF des Bouches du Rhône

A la CAF des Bouches du Rhône, la direction profite de la réorganisation de l’accueil pour remettre en cause des usages relatifs à la prime d’accueil et l’indemnisation des déplacements, plus favorables.


Quintessence SECU -déc 2019-001



Lire Quintessence SECU - Déc 2019-001