VIRAGE HUMAIN

Accueil > Un Choix de Société > Annonces pouvoir d’achat : Macron veut casser la SECU pour protéger les (...) 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Annonces pouvoir d’achat : Macron veut casser la SECU pour protéger les riches et le patronat….

Lundi 10 décembre 2018 nous avons assisté au sauvetage du patronat et des plus riches, c’est en substance la réponse de Macron au mouvement citoyens des gilets jaunes.

Un président contraint à infléchir ses positions mais qui malgré les annonces « maintient le cap »,

Nous avons assisté ce lundi à une opération exemplaire « d’enfumage » qui va non seulement continuer à fragiliser la protection sociale en préservant totalement les employeurs et les intérêts des détenteurs de capitaux, mais laisser exsangues et sans aucune solution les millions de salariés, retraités, privés d’emplois et étudiants qui sont déjà à la peine.

LES GRANDS ÉPARGNÉS DE CE DISCOURS SONT LES ACTIONNAIRES, LE PATRONAT ET LES PLUS RICHES : AUCUNE CONTRIBUTION NE LEUR EST IMPOSÉE

Hier soir, les pauvres ont eu droit à quelques miettes, payé par les moins pauvres… (la dite "classe moyenne") déjà asphyxiée, tandis que les riches "libérés de toute entrave à s’enrichir" ne sont ni sollicités ni inquiétés, bien au contraire comme cela chauffe pour les nantis, il faut les protéger et faire rempart de l’état contre le peuple….

Nous avons entendu un parfait discours d’injustice sociale prononcé sur un ton faussement compassionnel.

Une prime d’activité sans cotisations sociales, pas plus que pour les heures supplémentaires défiscalisées et réalisées par ceux qui ont déjà un emploi (et tant pis pour les chômeurs qui auront de ce fait encore plus de mal à en trouver), aucun prélèvement supplémentaire pour les plus aisés, aucune remise en cause du cadeau incroyable de 40 milliards d’euros versé aux entreprises en 2019 avec le double versement du CICE cette année-là

La signification est simple et claire : Emmanuel Macron cherche à étrangler la protection sociale en asséchant ses ressources pour nous obliger à réduire drastiquement les prestations qu’elle verse.

Pour sortir de la spirale…
Lâcher quelque chose, en ne cédant rien...
Vous avez dit « enfumage » !!!

Sur la fiscalité… Rien sur la justice fiscale et surtout Rien sur l’ISF et le CICE.
Il faut protéger le patronat et les plus fortunée, patience ça va ruisseler…

Sur le SMIC… Rien pour l’augmentation du Smic.
"Le salaire d’un travailleur au Smic augmentera de 100 euros par mois dès 2019...". Serais ce une augmentation de 8% du SMIC ?
Dans les faits ce ne sera pas le Smic qui augmentera de 100 euros mais bien la Prime d’activité, que tout le monde ne la percevra pas car elle est soumise aux conditions de ressources du foyer.
De plus elle n’est pas pérennisée dans le temps comme une véritable augmentation du SMIC et peut donc être supprimée à tout moment.

Sur les salaires… Rien sur les salaires et la reconnaissance des qualifications et de l’expérience professionnelle.

Sur les pensions… Rien pour la revalorisation des pensions limitée à 0,3% alors que l’inflation ne va dépasser les 2% en 2018.
La suppression de l’augmentation de la CSG pour les retraités percevant moins de 2000 € est supprimé mais la désindexation des retraites sur l’augmentation du coût de la vie est maintenue

Sur la jeunesse… Rien pour les jeunes.
L’inégalité d’accès aux études demeurera la règle. Elle s’amplifie même. Macron n’a aucune politique en direction de la jeunesse.

Sur les privés d’emplois… Rien pour les privés d’emplois.
Au contraire, la poursuite de la remise en cause de leur indemnisation.

ET SURTOUT… Rien à payer pour le patronat, mais 8 à 10 milliards d’€ sur les impôts et taxes des ménages…
Une prime de fin d’année au bon vouloir du patronat et défiscalisée ; l’augmentation des salaires compensée par la CSG ; les heures supplémentaires désocialisées.

En bref, l’honneur est sauf et le cap est gardé sur les réformes engagées de l’assurance chômage, les retraites et la réforme de l’État.