VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > Dans les caisses de Sécu > Salarié(e)s fiché(e)s à la SECU... 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Salarié(e)s fiché(e)s à la SECU...

Les salariés de la CPAM de l’Ain (01) en région Auvergne Rhône Alpes dénoncent un fichage « honteux et illégal »

fichés par leurs supérieurs en des termes bien peu élogieux…
Une action de protestation c’est déroulé ce jeudi 27 septembre 2018 à Bourg-en-Bresse à l’appel de la Cgt et de la Cfdt devant la caisse primaires d’assurance maladie.

Ce lundi, une trentaine d’employés du service des Risques professionnels de la sécurité sociale ont appris qu’ils étaient fichés par leurs cadres en des termes bien peu élogieux, la colère et l’incompréhension, grondent deux jours après la découverte de fichiers informatiques sur lesquels les salariés n’auraient jamais dû tomber.

La direction de la CPAM de l’Ain a réagi, a présenté ses excuses et a assuré aux salariés qu’elle ne cautionnait pas ce fichage.

Cependant cette affaire lève un voile sur les méthodes de management dans les branches de la Sécurité sociale.
C’est un diagramme comme on en trouve des centaines dans les manuels de management, qui provoque depuis lundi 17 septembre la colère des employés de la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de l’Ain, découvert sur le serveur
interne de l’organisme.

Le dessin classe les employés en deux grandes catégories : les « alliés » et les « opposant ».
On y trouve les trente-deux prénoms des salariés du service Risques professionnels (chargé des accidents du travail), répartis dans des « bulles », chacun correspondant à un trait de caractère particulier, détaillé dans un document annexe. Les « passifs » sont ainsi décrits comme des gens qui « n’aiment pas beaucoup le changement mais ne font pas d’histoire ».
Les « grognons » sont « des rouspéteurs, opposés au projet plus par principe que
par conviction », tandis que les « engagés » sont « des bons soldats » qui peuvent toutefois « manquer de sens critique et dire oui à tout ».

La notice précise l’attitude à adopter, vis-à-vis des « personnalités difficiles ».
« La meilleure stratégie est de les soumettre et de les éloigner des hésitants », propose le texte en parlant des « opposants ».
Pour le « révoltés », la solution est encore plus radicale : « Il faut les isoler, ne pas négocier avec eux », est-il écrit.

Arnaud, délégué CGT et Lydie, secrétaire CGT

« Grognons, hésitants, déchirés, bons petits soldats… »
Sur le document, détruit depuis par la direction, les employés fichés étaient classés selon des qualificatifs humiliants et peu flatteurs. « Il y avait les grognons, les hésitants, les salariés déchirés, les opposants, les engagés, les révoltés…
Que des termes négatifs.
Pour chacun, il était préconisé des solutions, comme isoler le salarié révolté ou s’appuyer sur les bons petits soldats n’ayant aucun sens critique », La Cgt de la CPAM 01 dénonce des pratiques de fichage « illégales et honteuses », car ce document avait été préparé dans le cadre d’un séminaire prévu jeudi et annulé depuis, destiné à renforcer… la cohésion d’équipe. « La confiance va être très difficile à rétablir.
Les salariés concernés sont choqués...

Une telle pratique est-elle répandue dans les différentes branches de la Sécurité sociale ?

À la Bourse du travail de Lyon, vendredi nos camarades représentants Cgt réunis lors de la réunion régionale Rhône-Alpes des organismes sociaux, ont souhaiter réagir et interpeller par courrier les Directeurs des caisses nationales sur ce style de management.
« Est-ce que c’est juste une maladresse, comme on nous le répète, ou ces pratiques font-elles partie des consignes données par la direction nationale ? ».

Ils ont décidés :
d’une part auprès des directions nationales (cf courrier transmis précédemment aux directeurs nationaux, au nom de l’union régionale), d’autre part auprès des directions locales en effectuant :
- une intervention dans les Instances Représentatives du Personnel, demandant un engagement écrit de la direction que de telles pratiques n’ont pas cours et n’auront pas cours dans l’organisme.
- une déclaration aux Conseils et Conseils d’Administration en lien avec les conseillers.
Restriction budgétaires : Licenciements et management des outils aux services des restructurations...

Ces dernière années les licenciements se multiplies dans nos caisses de sécurité sociale, tous les prétextes son bon pour sortir les personnels des organigrammes et de la masse salariale, et ce dans un contexte budgétaire contraint.

Les méthode de management ne sont pas en reste, les différentes entités de la
Sécurité sociale aspirent en effet depuis quelques années à plus d’horizontalité.

Suivant l’article de Mediapart :
"multiplication d’expérimentation dans le domaine du management :
- Installation d’un « manager du bonheur » (« Chief Happiness Officer ») à la CAF de Haute-Garonne ;
- « libération du travail » ambiance start-up à la CPAM des Yvelines
- Lancement du « Lab RH » par l’UCANSS, travaillant notamment sur « les nouveaux
modes d’évaluation des salariés »…
Les exemples fourmillent.
Sans compter une floraison de postes « d’accompagnateur au changement » ou de « coach managérial » dans des dizaines d’organismes."


En Savoir plus….

Formation institutionnelle existante

Les cadres de la sécurité sociale sont souvent formés au sein de l’École nationale supérieure de sécurité sociale (EN3S), situé à Saint-Étienne, les managers suive aussi des séminaires de l’Institut 4.10, l’organisme de formation des organismes de Sécurité sociale.