VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > Une Retraite pleine et entière pour tous... > Retraite - au Taf jusqu’à 67 ans... Et 6 millions de Chômeurs...

Retraite - au Taf jusqu’à 67 ans... Et 6 millions de Chômeurs...

samedi 17 octobre 2015, par Lolo

Retraite complémentaire AGIRC - ARRCO :
Un accord de principe a été trouvé entre le patronat et 3 syndicats : la CFDT, la CFE-CGC et la CFTC.

+ 4 Trimestres en une soirée, merci patron...

Allonger la durée de cotisations pour tous, avec pour plafond 67 ans

Les retraites complémentaires, concernent 18 millions de salariés et 12 millions de retraités.

Inciter les salariés à travailler plus longtemps et généraliser les départs à 63 ans... et plus, plafonné à l’âge de 67 ans

Instauration d’un abattement temporaire de 10% sur la pension des personnes qui voudront partir à la retraite dès qu’elles atteignent les conditions requises pour le taux plein de la retraite de base (c’est à dire quand l’ensemble des trimestres cotisés son atteints - soit 62+1, 63+1, 64+1, 65+1, 66+1...).


Le nombre de trimestres engrangés durant votre carrière - trimestres cotisés, trimestres rachetés, trimestres assimilés (chômage, maladie, maternité), trimestres pour enfants, etc.
Au moment du calcul de votre retraite de base, votre durée de cotisations servira à déterminer le taux de liquidation de votre pension.
Si vous avez le bon nombre de trimestres, vous aurez droit au taux plein.
Sinon votre pension subira une décote.


Pour ne pas subir cet abattement,
il faudra accepter de travailler une année supplémentaire.

A partir de 2019, pour toucher une retraite complémentaire à taux plein, il faudra cotiser une année de plus que ce qui est exigé pour la retraite de base.

Malus...

Si cette personne ne veut pas travailler une année de plus, elle subira une ponction de 10% sur sa retraite complémentaire pendant les trois premières années de sa retraite.

Bonus...

Si cette personne poursuit une activité professionnelle après 63 ans (62 actuelle + 1 ans), elle aura une bonification de 15% de sa retraite complémentaire si elle reste deux ans supplémentaires et même 25% pour trois ans.


Un véritable coup de force du MEDEF

Dans cet accord la contribution des salariés actifs et retraités s’établi à 95 % du besoin de financement contre 5 % pour le Medef :
soit 5,7 milliards à la charge des salariés et retraités contre 300 millions pour le patronat.

Pour autant les régimes ARRCO et AGIRC ne seraient pas équilibrés.
Le Medef propose donc de mutualiser les réserves des régimes.

Cela va engendrer un épuisement anticipé de quatre années des réserves de l’ARRCO qui conduira à terme une baisse du niveau des pensions pour tous.



Les retraités « modestes », exonérés de CSG ou bénéficiaires d’un taux réduit ne seront tout simplement pas concernés par ces décotes.