VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > Une Retraite pleine et entière pour tous... > Retraite complémentaire AGIRC ARRCO

Retraite complémentaire AGIRC ARRCO

mardi 22 septembre 2015, par Lolo

Prochain retour à la table des négociations le 16 octobre 2015, La CGT reste mobilisée...

L’enjeu est de taille puisque l’AGIRC compte pour l’essentiel de la retraite complémentaire des cadres, et qu’il s’agit de rétablir les équilibres financiers de l’AGIRC et de l’ARRCO.

Pour se constituer leur retraite, les cadres cotisent, sur la partie de leur salaire inférieure ou égale au plafond de la Sécurité sociale, à un régime de base (CNAV ou MSA) ainsi qu’à l’ARRCO, le régime complémentaire de l’ensemble des salariés du privé.

Au-dessus de ce seuil, ils cotisent exclusivement à l’AGIRC, le régime complémentaire des cadres.

Les retraites complémentaires AGIRC et ARRCO représentent 30 à 56 % du montant de la pension des salariés du privé.

Les négociations de 2015 ont pour objectif de rétablir les équilibres financiers de l’AGIRC et de l’ARRCO, ébranlés par le chômage, l’austérité salariale et le refus de mettre les revenus financiers à contribution.
À ceci s’ajoute le refus persistant du Medef d’accroître les ressources des régimes à hauteur des besoins.

La CGT proposent
d’augmenter les ressources pour financer
un bon niveau de retraite.


Les futurs retraités perdraient plusieurs milliers d’euros par an sur leurs complémentaires entre 62 ans et 64 ans, si les propositions d’abattement progressif du Medef devaient être retenues.

La CGT, calculs le manque à gagner en se basant sur plusieurs carrières types.

Elle évalue à 7.667 euros la perte de revenus sur trois ans d’une cadre, dont le salaire annuel net serait de 41.305 euros et qui partirait à la retraite à 62 ans.
En appliquant l’abattement dégressif proposé par le Medef, le future retraitée ne toucherait donc plus que 2.035,5 euros nets par mois la première année, soit une perte de 319,5 euros par mois ; 2.142,1 euros nets mensuels la 2ème année, soit une perte de 212,9 euros chaque mois ; et enfin 2.249 euros nets la troisième année, soit une perte mensuelle de 106 euros.

Enfin un salarié licencié à 59 ans et demi déciderait de prendre sa retraite à 60 ans, après avoir commencé à travailler à 16 ans. Son dernier salaire annuel net s’élève à 13.581 euros.
Pour lui, le manque à gagner serait de 1.702 euros sur trois ans.


En Savoir Plus...

Tous les salariés du privé (agriculture, commerce, industrie et services), soit plus de 18 millions de personnes en 2013, et leurs employeurs cotisent de manière obligatoire à l’ARRCO (l’Association pour le régime de retraite complémentaires des salariés).

Parmi eux, les cadres cotisent en plus à l’AGIRC (l’Association générale des institutions de retraite des cadres) et perçoivent le moment venu la retraite des cadres.

Les retraites complémentaires, qui viennent en complément de la retraite du régime général, sont aussi des retraites par répartition : les cotisations des actifs servent à payer les pensions des retraités.

Elles ne sont pas comptés en trimestres mais en points, qui s’accumulent tout au long de la carrière.

Ces régimes ne sont pas gérés par une caisse publique, mais de façon paritaire par le patronat et les syndicats qui engagent régulièrement des négociations difficiles.

Matignon envisage que les cotisations pour les retraites complémentaires soient recouvrées par les Urssaf

Portfolio